Dans le monde, une femme sur trois en relation de couple subira une forme de violence de la part de son partenaire intime tout au long de sa vie.

Origine: ONU Femmes

Une histoire de survie

À: Mon amour

Mon amour
écrit
Amie
Fais-moi signe
Ami
à plus tard
Défilez vers le bas (pour voir la suite)
»
Où es-tu ?
10:18
HE-HO !?
10:18
Désolée. Je suis en route
10:21
Tu as pris mon chargeur ? Je t’ai dit MILLE FOIS de ne pas toucher à mes affaires
10:21
Non. Désolée. Je n’ai touché a rien
10:22
Où as-tu mis mon chargeur ? RENTRE À LA MAISON TOUT DE SUITE
10:22
Hier
Le repas ferait bien d’être prêt quand je rentre ce soir
17:22
D’accord
17:25
Mon nouveau chef me mène la vie dure. C’est ta faute
17:45
Je n’ai pas assez dormi et je me suis planté
17:52
Je suis désolée
17:52
Ne m’embête pas avec tes problèmes stupides ce soir
17:53
Aujourd’hui
Je suis désolé. Je ne voulais pas te blesser
9:06
Stp ne te fâches pas
9:06
Où es-tu ? J’ai perdu mon sang-froid. Laisse-moi une chance
9:12
Je voulais me détendre mais tu n’arrêtes pas de m’embêter avec ton travail
9:13
Je sais, je suis désolée
9:22
Je ne t’aurais pas frappée mais tu le méritais. Tu as de la chance d’avoir quelqu’un comme moi
9:44
Crying woman

49 pays n’ont pas de législation protégeant les femmes de la violence domestique

À: Amie

Amie
écrit
Mon amour
Je te déteste...
maman
Appelles-moi
Défilez vers le bas (pour voir la suite)
»
Tout va bien ?
10:01
Ça fait 4 jours que tu n’es pas venue travailler. Notre chef dit que tu es à l’hôpital ?
10:01
Est-ce que tu peux parler ? Ça s’est reproduit ? Tu dois appeler la police
10:01
J’ai essayé. Ça n’a pas aidé. Ils s’en fichent
10:35
Raconte-moi tout. Je t’en prie.
Je veux vraiment t’aider
10:36
5 côtes cassées. Fractures.
Il a commencé à me frapper. Il m’a accusée de trop parler et de le mettre en retard pour le travail
11:05
Peut-être que c’est ma faute. Si je ne parlais pas autant, il n’aurait pas eu de problèmes avec son chef
11:05
map
Mon dieu non ! Tu dois partir ! MAINTENANT ! J’ai entendu parler de ce nouveau centre familial
11:05
Je les ai appelés. Parlé avec une assistante sociale. STP appelles-la !
11:07
contact card
Travailleur social

Addresse, phone

Il va le savoir ! Je ne peux pas !
11:07
Ce n’est pas la première fois que ça arrive ! J’ai vérifié et voici ce dont tu as besoin pour partir
11:07
checklist
Et si je n’ai pas tout ?
13:16
Prends tout ce que tu peux
13:17
Il ne va jamais me laisser partir ! Cela va empirer les choses. Il a dit que si j’appelais la police encore une fois, iI s’arrangerait que je sois morte avant même qu’ils n’arrivent
13:18
Tu peux le faire. Ça ne va pas s’arranger si tu ne le quittes pas
13:18

Moins de 40% de femmes qui subissent une forme de violence recherchent de l’aide.

Parmi celles qui le font, la plupart se tournent vers des amis ou de la famille, mais très peu s’adressent aux institutions et mécanismes formels, comme les refuges ou services de santé.

The World’s Women 2015, Trends and Statistics

Runaway woman

À: Travailleur social

Travailleur social
écrit
Mon amour
Où es-tu?
Amie
Prends soin de toi
Défilez vers le bas (pour voir la suite)
»
Cherchez une voiture bleue au coin de la rue. Nous vous emmènerons en lieu sûr
8:01
Et qu’arrivera-t-il s’il me trouve ?
8:02
Il ne vous trouvera pas. Nous garantissons une confidentialité totale. Il ne pourra plus vous faire de mal
8:02
Quand ce sera le moment, n'oubliez pas d'éteindre votre GPS et Wi-Fi avant de partir. Tout va bien se passer
8:05
Je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée
8:07
Vous pouvez y arriver. Nous sommes là pour vous aider
8:07
Je viens de lui envoyer un message pour être sure qu’il est au travail. Je m’en vais. Je serai là dans 10 minutes
8:29
Opened door

Globalement, jusqu'à 38% des meurtres de femmes sont commis par un partenaire intime masculin. La violence est évitable. Le soutien de la communauté est crucial dans les premiers moments où une femme quitte le cycle de la violence.

Principaux faits, Violence à l’encontre des femmes, Organisation mondiale de la Santé

Rencontrez des survivants et des champions de la lutte contre la violence conjugale

La prise de contact et le fait de quitter une situation abusive n'est que le début d'un long voyage pour les victimes et les conseillers en matière de violence conjugale.

Ces femmes et hommes courageux ont soit fait le premier pas d’eux-mêmes, soit s'attaquent aux racines du problème, par le biais de projets soutenus par le PNUD à travers le monde.

Rencontrez des survivants et des champions de la lutte contre la violence conjugale

La prise de contact et le fait de quitter une situation abusive n'est que le début d'un long voyage pour les victimes et les conseillers en matière de violence conjugale.

Ces femmes et hommes courageux ont soit fait le premier pas d’eux-mêmes, soit s'attaquent aux racines du problème, par le biais de projets soutenus par le PNUD à travers le monde.

Sunita, membre d’un réseau local d’aide aux femmes.
"J'avais commencé à penser que les coups faisaient partie de la vie conjugale." Sunita, membre d’un réseau local d’aide aux femmes.
René Holder-McClean-Ramirez, co-directeur de Equals Inc. et président de l’Alliance des Caraïbes orientales pour la diversité et l'égalité
"Je ne pense pas que nous nous rendions compte de l'impact que cela a sur le développement...sur la capacité d’une personne à maintenir des relations, de pouvoir travailler ou apprendre efficacement." René Holder-McClean-Ramirez, co-directeur de Equals Inc. et président de l’Alliance des Caraïbes orientales pour la diversité et l'égalité
Sordas Sin Violencia
"Si [les victimes] comprennent leurs droits et estiment recevoir un traitement juste de la part des services d’aide, elles chercheront plus d’assistance, notamment juridique." Sordas Sin Violencia
Aiman Umarova, défenseure des droits de l'homme et avocate.
"Je me battrai pour les droits des femmes et des filles jusqu'à ce qu'elles cessent d'être des membres de ‘deuxième classe’ de la société." Aiman Umarova, défenseure des droits de l'homme et avocate.
Roselyne, assistante juridique à Kamanyola, Sud-Kivu, RDC
"Parfois, je dois marcher jusqu'à 25 km pour aller à la rencontre d’une victime... Tout le monde dans ma communauté sait que j'aide les victimes, je les héberge pendant qu'elles attendent le procès ou bien parce que leur famille les rejette." Roselyne, assistante juridique à Kamanyola, Sud-Kivu, RDC
Lieutenant-Colonel Wafa Mouammar, chef du service de la famille et de la protection des mineurs de la police civile, Ramallah
"Mon message c’est de ne jamais se taire... De toujours en parler, parce que le silence est l'arme de l'agresseur." Lieutenant-Colonel Wafa Mouammar, chef du service de la famille et de la protection des mineurs de la police civile, Ramallah

Le PNUD travaille avec les Objectifs mondiaux pour mettre fin à la violence sexiste

La violence entre partenaires intimes n'est jamais seulement une affaire privée. Elle impacte le potentiel de développement humain de la société et a un effet direct sur les membres de la communauté. La violence fait obstacle à la santé, à l'éducation, aux droits des femmes, au droit du travail et à l'égalité salariale, ainsi qu’à d'autres besoins fondamentaux décrits par les Objectifs de développement durable.

Le PNUD travaille dans près de 170 pays et territoires pour mettre fin à toutes les formes de violence sexiste.

En collaboration avec nos partenaires de l'ONU, nous offrons conseils et soutien aux pays pour qu'ils adoptent et appliquent des lois et politiques visant à prévenir toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles.

Nous veillons à ce que les victimes puissent avoir accès aux services juridiques, économiques et sociaux et qu’elles puissent reconstruire leur vie. Nous soutenons le changement de perspective sur le genre au sein de la police et de l’armée pour mieux répondre aux violences basées sur le sexe.

Nous travaillons également avec nos partenaires à créer des politiques et des infrastructures qui peuvent dissuader les comportements et les attitudes violentes. La prévention, en particulier pour empêcher de parvenir à un point de non-retour dans l’échelle de la violence, est vitale.

D’ici 2019, le nombre d'utilisateurs de téléphones mobiles dans le monde devrait dépasser les 5 milliards. C’est pourquoi au PNUD nous mobilisons la technologie pour créer des changements sociaux et contribuer à mettre fin à la violence basée sur le genre.

En œuvrant vers les objectifs de développement durable, les communautés peuvent prévenir et mieux réagir à la violence sexiste. La violence est à la base de la répartition inégale du pouvoir et du contrôle exercé par un groupe sur un autre. En s'attaquant aux racines de l'inégalité, les sociétés peuvent garantir que toutes les personnes confrontées à la violence connaissent leurs droits, aient accès aux lois et aux services et aient pleinement confiance en ceux-ci.

Avec des institutions plus fortes et inclusives, les femmes peuvent accéder à la protection et à la justice qu’elles méritent ; aux opportunités économiques qui leur permettront d'échapper saux dangers ; et à l'égalité des sexes et de revenus qui contribueront à éliminer les disparités de pouvoir dans nos sociétés et les abus de ce pouvoir.

Comment agir

Comment agir

Avez-vous été victime de violence, discrimination, intimidation ou abus ? Que vous ayez vous-même vécu la violence ou que vous vous inquiétiez de quelqu'un, de nombreux services sont disponibles pour vous aider.

Si vous êtes une jeune personne, parlez de ce problème à un adulte ou à un ami en qui vous avez confiance, et demandez de l’aide et du support par l’intermédiaire de votre organisation de la jeunesse ou de votre école.

Pour en savoir plus, visitez les sites Web d’ONU Femmes, du FNUAP et du PNUD.

  1. Reconnaître les signes d'abus
  2. Si vous voulez faire un don, merci de contacter le refuge pour femmes le plus proche de chez vous pour savoir de quel type de dons ils ont le plus besoin.
  3. Les amis, la famille, les collègues, les leaders religieux et les membres de la communauté jouent tous un rôle en empêchant l'escalade de la violence et en s'attaquant aux causes profondes, aux comportements et aux attitudes culturelles.
  4. Contacter le centre virtuel de connaissances pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles.
  5. Visitez le répertoire international des organismes de lutte contre la violence domestique.
  6. Visitez le service international d'assistance aux enfants.

Pour éliminer la violence à l'égard des femmes, nous avons besoin des Objectifs de développement durable (ODD). Avec des institutions plus fortes et inclusives (ODD 16), les femmes peuvent accéder à la protection et à la justice qu’elles méritent ; aux opportunités économiques (ODD 8) qui leur permettront d'échapper aux dangers ; et à l'égalité des sexes (ODD 5) et de revenus (ODD 8), qui contribueront à éliminer les disparités de pouvoir dans nos sociétés et les abus de ce pouvoir.